2019-11-29

Le Luxembourg et les Expositions universelles depuis 1851

Depuis la toute première Exposition universelle à Londres en 1851, le Grand-Duché de Luxembourg a été présent à chaque fois que le thème correspondait à son ADN.

Dubaï 2020 sera ainsi la 24e participation du pays à une telle exposition.

Retour sur l’histoire des participations luxembourgeoises aux expositions universelles :

  1. Londres 1851

Le Luxembourg participe à cette toute première exposition universelle en tant que membre du « Zollverein » (union douanière avec l’Allemagne).

Un imposant et impressionnant Palais, le Crystal Palace, est édifié pour l’occasion au sein du Hyde Park.

Le Luxembourg est représenté par 6 exposants, dont le fabricant de chaussures J. Wemmer, bottier du Roi Grand-Duc, qui sera récompensé d’une médaille.


Le Crystal Palace à Londres

  1. Paris 1855

Le Luxembourg dispose pour la première fois de son propre commissariat. La Prusse voulait grouper les produits grand-ducaux sous la coupe du Zollverein, mais le Luxembourg réussit à apposer à son compartiment ses armoiries et son drapeau, celui du roi d’Hollande portant l’inscription « Grand-Duché de Luxembourg ».

  1. Paris 1867

Le Luxembourg participe avec six exposants sur un emplacement entre ceux des Pays-Bas et de la Belgique.

  1. Philadelphia 1876

Les industriels luxembourgeois manifestent un grand intérêt à participer à cette exposition avec le but d’augmenter leurs exportations vers les Etats-Unis. Participent entre autres les ganteries A. Charles & co et G. Meyer, la Société des Mines de Luxembourg et les forges de Burbach.

  1. Paris 1878

Le Luxembourg partage un pavillon avec Monaco, Saint Marin et Andorre, qui reprend des éléments architecturaux de ces quatre petits pays d’Europe.

  1. Antwerpen 1885

L’exposition luxembourgeoise occupe un stand de 600m2 auquel s’ajoute un jardin de 1.000m2. 48 exposants présentent notamment l’industrie minière et sidérurgique en plein essor du pays.

  1. Paris 1889

Le Luxembourg participe pour la première fois en tant que pays indépendant. Les P&T (aujourd’hui POST) présentent un plan pour équiper le Luxembourg d’un réseau téléphonique.

  1. Bruxelles 1897

Le Luxembourg participe avec 80 exposants, dont l’usine récente de Dudelange, les vins de la Moselle et les rosiéristes Souppert & Notting.

  1. Paris 1900

C’est la première fois que le Luxembourg a son propre pavillon. Ce dernier est disposé sur le Quai d’Orsay sur un terrain de 40 x 10 mètres, où le pays fait construire en bois et en plâtre un bâtiment qui s’inspire du Palais grand-ducal et du château de Mansfeld.


Copyright : Musée national d’histoire et d’art

  1. Liège 1905

Le Luxembourg ne se présente plus comme un pays sidérurgique, mais est représenté par 82 vignerons et 22 exploitants de carrières de pierre. Le pays montre en outre l’energy-car de Henri Tudor, une centrale électrique mobile destinée à remplacer les locomotives à vapeur.

  1. Bruxelles 1910

Le Luxembourg dispose de 500m2 dans les halles industrielles et de 400m2 dans les jardins. Le pays y présente notamment l’acier, le cuir, les vignes et les rosiers, de même que les plans de la nouvelle gare, qui sera achevée en 1913.


Gare de Luxembourg

  1. Gent 1913

La fréquence des expositions causant un sentiment de lassitude chez les industriels luxembourgeois, le pays ne participe pas officiellement à Gand 1913. En revanche, quatre adhésions sont annoncées officieusement et la liste des récompenses mentionne les rosiéristes Thill Frères d’Ettelbruck et Gemen et Bourg de Luxembourg, ainsi que le peintre en bâtiment Joseph Treinen de Rodange.

  1. Paris 1925

Le Luxembourg participe avec une roseraie de 200m2 qui tient lieu de pavillon national. Un pan entier de la création contemporaine luxembourgeoise est présenté à cette « Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes ».


Copyright : Bibliothèque nationale de Luxembourg

  1. Chicago 1933-34

A côté de la sidérurgie, la tannerie, la ganterie et le tourisme, le Luxembourg se présente pour la première fois comme place financière internationale à la suite de la création de la bourse et du vote de la loi sur les holdings en 1929.

  1. Bruxelles 1935

Le Luxembourg dispose d’un bâtiment de 2100m2 conçu par Georges Traus et Gilbert Wolff dans le style art-déco. C’est le premier d’une série de pavillons imposants que le pays va construire au fil des expositions. Sur les deux côtés, on trouve des reliefs de l’artiste Auguste Trémont illustrant l’industrie et l’agriculture du pays. Le bâtiment présente notamment les sociétés sidérurgiques Arbed, Hadir et Paul Wurth S.A. et propose des informations touristiques.


Copyright : Bibliothèque nationale du Luxembourg

  1. Paris 1937

Le pavillon conçu par l’architecte Nicolas Schmit-Noesen forme le plus noble, en tout cas le plus accompli sur le plan artistique de tous les pavillons luxembourgeois construits jusque-là. La façade contient un grand relief intitulé « Vue panoramique de la Ville de Luxembourg », conçu par Pierre Blanc. La salle principale contient une maquette de 20 x 4,5 mètres du bassin minier. Commissaire : Léon Laval.


Copyright : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg / Christof Weber

  1. New York 1939-40

La menace de la guerre amenant l’art sidérurgique à se retirer, le pavillon ne présente aucune entreprise. Michel Stoffel, président du Cercle artistique de Luxembourg, sauve la participation en montant une exposition complètement sous le signe du tourisme et de l’art. Elle montre notamment des œuvres de Henri Rabinger, Jean-Pierre Beckius, Emile Probst, Joseph Meyers, Claus Cito, Lucien Wercollier et Auguste Trémont.

  1. Bruxelles 1958

Le Luxembourg participe avec un pavillon en acier de 4.300m2 pour représenter la sidérurgie. A l’intérieur, une maquette montre une vision futuriste de l’aménagement du Kirchberg.


Copyright : Musée national d’histoire et d’art (MNHA)

  1. Seattle 1962

Le Luxembourg participe à la présentation collective de la Communauté économique européenne, créée en 1957.

  1. Sevilla 1992

Après 30 ans de pause, le Luxembourg retourne aux expositions universelles avec un bâtiment cubique de verre et d’acier conçu par les architectes Paul Fritsch et Bodhan Paczowski. Le pays opte une première fois pour une utilisation exclusive des médias audiovisuels. Commissaire : Jean Hamilius.


Copyright : Atelier d’Architecture Bodhan Paczowski et Paul Frisch, Luxembourg / photo : Imedia, Luxembourg

  1. Lisbonne 1998

L’exposition de Lisbonne 1998 est une exposition spécialisée avec comme thème « Les océans, un patrimoine pour le futur ». Bien que distant de 340 km de la mer, le Luxembourg participe pour rendre hommage aux nombreux ressortissants portugais qui travaillent dans le pays. Participation conçue par Jim Clémens.


Maquette du pavillon luxembourgeois. Copyright : Atelier d’architecture et de design Jim Clémens, Esch-sur-Alzette / photo : MNHA, Tom Lucas et Ben Muller

  1. Hanovre 2000

Le Luxembourg participe avec un stand intitulé « Luxembourg connects people – Planet Astra », financé à 40% par SES et réalisé par l’architecte Christian Bauer. Une terrasse multimédia a pour objectif de présenter la société moderne de l’information. Commissaire : Johny Lahure. Le stand attire un million de personnes.

  1. Shanghai 2010 

Le Luxembourg participe avec un pavillon très remarqué. Conçu par le bureau d’architectes luxembourgeois Hermann & Valentiny et Associés, le pavillon est entièrement réalisé à partir de matériaux recyclables (acier, verre et bois). Il s’inspire de la traduction du mot « Luxembourg » en chinois, « Lusenbao », qui signifie « forêt et forteresse ». Placé sous le thème « Small is beautiful too », le pavillon luxembourgeois illustre la réalité du pays et de la population luxembourgeoise.

Pour la durée de l’exposition, la « Gëlle Fra », sculpture créée par le sculpteur luxembourgeois Claus Cito, déménage du centre de la ville de Luxembourg pour être installée devant le pavillon. La « Golden Lady of Luxembourg » est immédiatement adoptée par les Chinois. Plus de 7 millions de visiteurs visitent la construction, qui est ensuite déménagée sur un autre site chinois pour accueillir notamment une école de design et un laboratoire de virtual reality.


Copyright : Atelier d’Architectes Hermann & Valentiny et Associés, Remerschen / photo: GG Kirchner

Source :

Un petit parmi les Grands. Le Luxembourg aux Expositions universelles de Londres à Shanghai (1851-2010)
http://www.mnha-shop.lu/fr/details-produit/c37/p325/tous-les-musees/livres-catalogues/histoire-mnha/un-petit-parmi-les-grands-le-luxembourg-aux-expositions-universelles-de-londres-shanghai-1851-2010-.html